Manguier

MANGUE, MANGO

Noms Scientifiques :Mangifera indica Linné, Du portugais : Mango ; du Tamoul :Mangay

Ordre : Rutales

Famille : Anacardiacées

Sous famille : Térébinthacées

Introduit à La Réunion en 1770 par M. Deguigné de la Bérangerie et par les navigateurs portugais venant de Goa (Inde). Vers 1817, plusieurs manguiers furent plantés le long de la Rue de Paris à Saint-Denis, sur l'ordre de Nicolas Bréon, jardinier botaniste du Roi de France, qui conçut le "Jardin du Roy" (de l'État). 
Arbre fruitier de grande longévité, résistant assez aux cyclones, très répandu, sur le littoral et les mi hauteurs. Très cultivé du côté de la Rivière des Galets ; Il reste l'ornemental toujours vert, couvert de feuilles, donnant une ombre fraîche ; tronc grisâtre, gros, crevassé, parfois écailleux en vieillissant, laissant exsuder une résine épaisse, rouge et collante, à odeur d'essence de térébenthine. Écorce riche en carotène. Les branches portent des rameaux cassants, assez résistants pour porter de lourdes grappes pendantes de nombreux fruits ; feuilles alternes, longues lancéolées, coriaces ; elles jaunissent et tombent ; nombreuses petites fleurs rougeâtres, mâles et hermaphrodites, apparaissant en juin pour fructifier de novembre jusqu'à janvier en saison chaude. Actuellement, les 220 hectares plantés en manguiers à La Réunion, fournissent 6.500 tonnes de fruits par an. Faible exportation.
La mangue est une drupe réniforme, arrondie ou ovale à pelure fine ou coriace, verte jaunissant ou rosissant une fois mûre. La chair craquante devient juteuse et sucrée à léger goût d'abricot ou de térébenthine chez la "carotte". La fibre reliée au noyau dit "grain" est importante ou peu, suivant la variété. Les parties coupées de chaque côté du noyau sont appelées "joues". Le noyau est amer et non comestible. Il faut se méfier du "lait" provoquant des brûlures et des cloques aux lèvres. Verte, battue au couteau, est consommée en "rougaille avec huile, oignons et piment ; - coupée en lamelles fines, comme salade avec du sucre et du piment. Gelées, confitures, crèmes glacées sont appréciées ; aussi le punch, les jus ou nectar de mangues, "mango".
Bois jaunâtre, résineux sans valeur sinon pour la cuisine. Écorce et graines riches en tanin.
Propriétés médicinales : La mangue est dépurative, rafraîchissante contre le scorbut ; l'écorce astringente combat diarrhée et dysenterie, les hémorroïdes, les rhumatismes, les hémorragies de l'utérus, la leurorrhée, la blennoragie et la syphilis. La résine dite balsamum est dépurative, sudorifique utilisée sur les dermatoses, et les tumeurs cancéreuses La décoction d'écorce riche en carotène, en gargarisme combat maux de dents et angines ; fleurs et feuilles sont pectorales, sudorifiques, contre la goutte et les rhumatismes et les jeunes feuilles contre les coliques. L'amande de mangue est anthelmintique, utilisée contre les gonorrhées. 
Se reproduit par greffe par marcottes ou par graine. Celle-ci fait éclater l'enveloppe coriace et fibreuse du noyau pour laisser sortir ses deux cotylédons présentant plusieurs plantules
Curiosité : à Ste-Clotilde on a vu deux mangues accolées en "philippine", la "mangue-fesses", comme un "coco-fesse" des Seychelles. 
Croyances : Afin de repousser les mauvais esprits de leurs maisons, les Tamouls mettent aux portes et aux fenêtres des feuilles de manguier qui est appelé "Arbre du Chemin Tabur" ; ils font la marche sur le feu fait de braises de manguier qu'habitent les esprits à midi et à minuit. - Une "tête de mangue sucée" qualifie une personne maigre, malade.

Maladies : Le manguier est victime des attaques de taons, cochenilles, acariens champignons divers : 
- taches noires des feuilles causée par le Xanthomonas campestis. 
- le thrips petit insecte volant d'Afrique du Sud, sert à la pollenisation, mais en trop grand nombre, il grille les floraisons des manguiers ; il est capable de résister aux traitements phytosanitaires du Suad ; 
- l'anthrachcnose due au Gloeosorum musarum formé de Glomerella cingulata ; 
- Cecidomye erosomya mangiferae (minuscule mouche) formant des galles sur les feuilles ; punaise verte qui fait dessécher la fleur.
Ces maladies doivent être traitées par sulfatages, insecticides et fongicides.
Plusieurs variétés: Les plus cultivées : Auguste,José, Carotte...
MANGUE CAROTTE. Manguier de 10m. et plus, non greffé, très commun sur tout le littoral ; fruit a la forme d'un rein, gros comme un coeur à saveur prononcée de térébenthine et de carotte, surtout à l'état vert. La chair craquante est utilisée en rougailles pickles et chutneys et en salade sucrée. A maturité, la pelure jaune canari est parfois piqueté de noir ; sa pulpe est juteuse, très douce, mais très filandreuse aussi, les fibres restant entre les dents. Reproduction facile par graines.
MANGUE EMILE, M. Papaye. La plus grosse des mangues, pouvant atteindre 15 cm et plus de longueur et peser 900 gr. La chair verte est blanchâtre, sans goût acide de térébenthine, presque fade. Cependant elle est vraiment exquise à maturité, car sans fibres, parfumée, à chair rosée et tendre comme celle de la papaye. Gros et grand arbre, très rare, provenant d'un hybride, rencontrée sur la propriété Guichard à la rue Leveneur à Saint-Denis. Graine très aplatie à reproduction difficile.
MANGUES "GREFFE":
MANGUE AUGUSTE: "Mangue greffée", de dessert, de "Auguste" Pajot jadis propriétaire à La Ressource Ste-Marie ; grosse, à pelure plus épaisse que celle de "José" ; pulpe sucrée sans fibres.
MANGUE JOSE ou Josée "Mangue greffée" considérée comme la meilleure, la supérieure des mangues et de tous les fruits. A pelure fine jaune et rose, sans fibres, à chair rose-orange d'une saveur agréable d'abricot, à noyau aplati.
MANGUE LÉONARD "Mangue greffée", du genre José ou Auguste donnant sur des arbustes
MANGUE LUCIE : "Mangue greffée". Une quinzaine de fruits à cueillette facile sur des arbustes.
MANGUES SAUVAGES :
MANGUE CALOU. Allongée (comme un calou - pilon servant à écraser les épices dans le mortier) Ressemble à la mangue d'Afrique ou de Madagascar à peau parfois violacée
MANGUE DRAGÉE. Petite mangue de la grosseur d'un oeuf, parfumée et douce comme une dragée. Var.: Mangue "zoeuf Codinde" à petit noyau aplati.
MANGUE de LAIT "Mango", : Moyenne, arrondie avec une petite pointe vers le bas, très acide, recherchée pour rougailles. Arbre moyen, prospère dans les mi-hauteurs de l'île, donne de très nombreux fruits.
Var. OBA (cité pour mémoire) Mangue utilisée au Gabon à la fabricatoion d’une sorte de pain africain dit "Pain de Dika".
MANGUE L'ÉTANG, sans fibres et aussi MANGUE VIRGINIE, sans fibres
Autres appellations de mangues d'ici ou des Antilles: Alphonse, Amélie, Aristide, Crassous, Cyrille, Early-Gold, Freycinet, Julie, Lise, Maison rouge, Orphée, "Pamplemousse, Pêche", Pierrefontaine, Wetley.
Principaux producteurs de mangues: Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Madagascar, Mexique, Pakistan, Philippines, Thaïlande, Zaïre.

Plus de 1600 plantes référencées, triées et classer par ordre alphabétique, plus de 600 photos et dessins  . 

Bientôt en vente sur le Web.