Les Avirons

AVIRONS - 97 425

Superficie : 2627 hectares. Population : 5956 habitants. Culture : Canne à sucre. Elevage :porcs.

De la Ravine Sèche au Tévelave, entre Saint-Leu et l’Etang-Salé, la commune des Avirons est l'une des plus petites communes de l'île, s'étendant sur 2696 ha. Située après Saint-Leu, son nom évoque plusieurs origines. D'après Jules Hermann c'est un mot malgache signifiant que l'on découvre de loin, en opposition à une petite localité de l'Etang-Salé-les-Hauts, appelée Maniron : lieu sans horizon.. Selon Yves Pérotin, cela vient de ce que des rames avaient été plantées à l'embouchure de la ravine, sur la grève, comme point de repère. C'est encore un dérivé du mot rappelant le "travail du bois longtemps". La ravine Rennone sépare les deux Ravines Sèches. celle de l'Etang-Salé et celle des Avirons.

Dépendant de St-Louis, puis de l'Etang-Salé, les Avirons deviennent le 8 janvier 1894 commune "succursale": le premier maire Antoine Hibon, jusqu’à 1900. Il fut remplacé par Clovis Mondon, puis en 1909 par Henri Enault. Commune indépendante en 1935. Les deux derniers maires : M. Faure et Dennemont.

Population :Les premiers habitants des Avirons : Les noirs marrons s’étaient réfugiés dans les grottes. Deux centenaires : Cécile Mazeaux et Elisca Aaron

Economie : Pierre Cadet industriel du coin avait utilisé l'agave dit choca pour ou aloès pour la fabrication de cordages.

Cultures : Café, vanille, géranium du temps ou Desforges Boucher obtient la concession du Gol.; aujourd'hui : cannes, géranium, pêchers. Cultures vivrières, jardinage. Serres d'orchidées de M. Alain Mussard

Elevage des porcs.

Artisanat : Tapis mendiants "patchworks" ; tressage de vacoas de Mme Rose Calpétard.

Religion: le père Martin, d'Issoudun, qui s'opposa au travail du dimanche et qui dut abandonner son office ; son tombeau est situé derrière l'église, ainsi que celui du père H. Brugnière - . Les Carmélites (11 religieuses : filles de Sainte-Thérèse d'Avila et de St.-Jean de La Croix, dans leur monastère ; ayant choisi la vie contemplative, elles prient à la Chapelle de l'Abbaye Notre-Dame du Grand Large; elles travaillent la broderie, cultivent des fruits et légumes, élèvent du bétail, reçoivent des gens dans la souffrance.

Restauration : Tables d'Hôtes.

Sports : Hockey-Club de l'Ile, un complexe omnisports : terrain de foot, gymnase. VVF, terrain camping au Tévelave.

Tourisme : Au Tévelave, qui en malgache signifie "long-rempart" fréquenté depuis l'aménagement de la route touristique du Maïdo. Le pont de pierre sur la ravine des Avirons. . Théâtre des Alberts, des marionnettistes

Excursions : Sentier forestier des Tamarins, sentier Maïdo, La Glacière, Makes, Petit et Grand Bénare, Bois de Nèfles.

Au Piton Rouge, Phaonce, roi des esclaves marrons y avait établi son camp.

Jean Guichard